mercredi 17 mai 2017

Qu'est-ce que les primeurs de Bordeaux ?

Chaque année, lorsque le printemps arrive, vous entendez parler des primeurs de Bordeaux. Vous connaissez ces quelques mots, mais vous ne savez certainement pas ce qui est derrière. À la fin de cet article, vous serez un véritable professionnel sur le sujet !

primeurs bordeaux vin blog beaux-vins oenologie

Vins primeurs ou Vins en primeurs ?


Venant du Beaujolais, lorsqu'on me parlait de primeur, je pensais tout de suite au Beaujolais Nouveau. Mais méfiez-vous, cela n'a rien à voir. 

Un vin primeur est un vin jeune, vendu avant sa maturité. C'est le cas du fameux « Beaujolais Nouveau » commercialisé le troisième jeudi de novembre.

La vente de vins en primeurs est un système de vente spécifique aux vins de Bordeaux. La propriété met en vente une partie plus ou moins importante de sa production 6 mois après les vendanges. En achetant en primeur, l'acheteur « réserve » un vin dont l'élevage n'est pas encore fini. Douze à dix-huit mois plus tard, lorsque l'élevage du vin est terminé et que ce dernier est mis en bouteille, le client pourra alors profiter de ces précieux flacons.

D'où vient cette tradition ?


Au XVIIIe siècle, le négoce bordelais se rendait chez les propriétaires quelques mois avant les vendanges pour estimer et acheter la récolte sur pied. Ces « ventes sur souches » sont les ancêtres des ventes en primeur.

Le système actuel des primeurs a été mis en place durant les années 1970. Il s’est en grande partie formalisé au début des années 1980, grâce au baron Philippe de Rothschild qui organisa une dégustation de son millésime 1982 dès le mois d’avril, alors que son vin était encore en élevage. Cette dégustation fut très largement partagée par la presse.

La vente des vins en primeurs permet au négoce d’acheter et de payer aux propriétés le vin près de deux ans avant leur mise sur le marché. Ainsi, le négoce réserve ces bouteilles à un prix plus intéressant que celui du vin lors de sa mise sur le marché effective. Pour les propriétaires, ce système permet d'engranger une avance de trésorerie avant la mise sur le marché du vin pouvant être utilisée pour financer la récolte suivante et l’élevage des vins en cours.

primeurs bordeaux vin blog beaux-vins oenologie


Qu'est-ce que la semaine des dégustations primeur ?


On ne peut pas parler du système des primeurs sans s'intéresser à la « Fashion Week du vin bordelais ». Cette semaine de dégustations primeur réunit tout le beau monde du milieu du vin. L’Union des Grands Crus de Bordeaux et différents groupements de producteurs réunissent les professionnels du vin du monde entier pour déguster le dernier millésime.

Acheteurs, négociants et journalistes se pressent aux différentes dégustations organisées par regroupement d’appellations ou directement au château. Les vins les plus prestigieux ne peuvent, quant à eux, être dégustés que sur rendez-vous. Cet exercice difficile de dégustations consiste à estimer la qualité du millésime avant que le vin soit fini pour estimer ses achats.

primeurs bordeaux vin blog beaux-vins oenologie


Dans ce contexte, le rôle de la presse et des grands dégustateurs est primordial. Les notes attribuées aux vins sont décisives pour les ventes du vin. Les trop fameuses notes de Parker donnaient la tendance décisive pour le millésime et pouvait être une bénédiction comme l'inverse. Une note supérieure à 90/100 par Parker assurait au propriétaire une belle année pour les affaires. Heureusement, Parker ne fait plus aujourd'hui la pluie et le beau temps. Le consensus entre les principaux dégustateurs permet de qualifier la qualité du millésime.

Après cette semaine de dégustation primeurs, la presse et les grands dégustateurs rendent leurs verdicts par appellation et propriété, sur les différents vins qu'ils ont pu déguster. Normalement, suite à la parution des notes, les châteaux mettent sur le marché leurs vins, en primeur, à un prix tenant compte de ces différentes notes et de la demande. Les prix sont souvent communiqués dans les deux mois qui suivent la semaine de dégustation.

Chaque année, tous retiennent leur souffle avant de savoir quel château sera le premier à dévoiler son prix. Pour le millésime 2016, c’est le Château Guiraud qui a dévoilé en premier son prix. Une belle manière de mettre sur le devant de la scène les vins liquoreux, de plus en plus boudés par les amateurs de vin. En 2013, c'était le Château Pontet Canet qui avait créé la surprise en dévoilant son prix avant même le verdict des dégustateurs.

Maintenant que toutes ces personnes ont joué leurs rôles, c'est au tour du courtier de rentrer en jeu. Sa mission est primordiale dans la fixation du prix de vente en primeur. Il est l'intermédiaire indispensable entre propriétaires et négociants en menant la négociation entre les parties et en assurant la transaction. La commission par transaction et le rôle du courtier sont un héritage historique de la Place de Bordeaux alors que rien n'impose de passer par cet intermédiaire.

Le vin est généralement livré dans les 18 à 24 mois suivant les ventes en primeur. C'est à ce moment-là que les négociants ayant obtenu des allocations se chargent de vendre les vins aux différents distributeurs : cavistes, sites de e-commerce, etc.

Comment s'annonce le millésime 2016 ?


Le millésime 2016 a connu un printemps désastreux et pluvieux, mais les conditions climatiques qui ont suivi ont été salutaires. L'été a été très sec dans la région de Bordeaux. Quelques gouttes de pluie en septembre ont précédé le retour d'un temps magnifique jusqu'en octobre permettant une véritable liberté pour les vendanges.

Pour le critique Jean-Marc Quarin, le millésime 2016 « tient du génie, de l’inhabituel et de l’inexplicable. Une fabuleuse et très rare combinaison à l’équilibre parfait entre une fantastique qualité des tanins, des degrés d’alcool modérés et des acidités soutenues, mais imperceptibles. Les vins rouges sont denses, très parfumés, riches, pleins, avec un toucher de bouche moelleux, velouté et une grande profondeur de saveurs. Le tout si savoureux, si éclatant de fruit, si raffiné dans le grain du tannin, avec une note Plaisir si forte que 2016 va faire passer les 2010 que j’adore pour des vins rustiques ! »

Il semblerait que cette année soit la bonne pour investir dans les primeurs !

Jean-Nicolas Mouretin

À lire aussi :

Cet article vous a plu ? Vous le trouvez utile ? Rejoignez la communauté Facebook de ce blog vin pour rester informé de la sortie des prochains articles !